logo archives apmmonaco - Video Monaco Channel Archives Audiovisuelles de Monaco

vidéo

11 janvier 2017

"LE MALIN" de John Huston - Mardi 24 janvier 2017, 20 h 30, Théâtre des Variétés de Monaco

Première partie :
L'instantané "Monaco en films"
Insolite, étonnant, unique, un document d'archives sur Monaco est présenté sur grand écran.

Court-métrage : "Les Mains", de Christophe Loizillon.
Le réalisateur a filmé les mains de ses amis racontant leur histoire.
France • 1996 • Couleurs • 20 minutes

LE MALIN de John Huston (1979)
​"Wise Blood" - Etats-Unis, Allemagne - 1979 - Couleurs - 108 min.
Réalisation : John Huston. Scénario : Benedict Fitzgerald, Michael Fitzgerald, d’après le roman Wise Blood de Flannery O’Connor. Image : Gerry Fisher. Son : Colin Charles. Costumes : Sally Fitzgerald, Uta Freiwald. Musique : Alex North. Montage : Roberto Silvi. Production : Ithaca Pictures, Anthea Film. Avec : Brad Dourif (Harel Motes), Ned Beatty (Hoover Shoates), Harry Dean Stanton (Asa Hawks), Dan Shor (Enoch Emory), Amy Wright (Sabbath Lily), Mary Nell Santacroce (la propriétaire), William Hickey (le prêcheur), John Huston (le grand-père).

-HISTOIRE : Hazel Motes revient de la guerre et retrouve les traces de son passé, y compris celles de son grand-père, prédicateur devant l’Eternel, dont le souvenir le poursuit jusque dans ses cauchemars nocturnes. Pourtant, Hazel a décidé de devenir lui aussi prédicateur, mais un prédicateur d’un type bien particulier, celui de l’Eglise de Jésus sans Jésus. Une église sans faute originelle, sans péchés, avec la liberté au cœur. Cette liberté, Hazel va la poursuivre avec cette rage qui est la sienne en côtoyant Enoch, jeune homme qui se colle à lui pour oublier sa solitude et surtout, Asa Hawks, un prédicateur aveugle flanqué de sa fille qui deviendra sa maîtresse.​

-CRITIQUE : A qui douterait encore que John Huston soit un grand cinéaste, Wise Blood en administre la cinglante preuve : nous plongeant sans préliminaires dans un monde de folie peuplé de monstres quotidiens, de prédicateurs bidons, de simples d’esprit et autres protagonistes d’une certaine Amérique quotidienne, issue du roman de feue Flannery O’Connor. Huston a réalisé là non seulement l’un de ses meilleurs films, et les plus personnels, mais aussi tout simplement l’une des œuvres les plus passionnantes du cinéma américain, à n’en pas douter. Qui plus est à soixante-douze ans, il nous offre un film d’une singulière jeunesse de ton, constamment surprenant et jubilatoire, prenant ainsi à rebours le courant des films ‘‘attendus’’ de la plupart des cinéastes actuels dont, quelles que soient les qualités ou le génie, on sait à l’avance ce que l’on va voir.

Max Tessier in Ecran n° 85, novembre 1979

© 2012/2016 - Archives Audiovisuelles de Monaco - Monaco Channel