Logo Chrétiens 2015

news

Célébration oecuménique -DR-
21 janvier 2013

Histoire de l’office œcuménique durant le Festival international du Cirque de Monte-Carlo

A l'instant ou se déroule la célébration oecuménique traditionnelle, il est intéressant de revenir aux sources du Festival, pour comprendre son histoire.

Lors de l’inauguration du Festival, en 1974, l’Évêque de Monaco, Mgr Edmond Abelé, a adressé une lettre aux gens du cirque dans laquelle on peut lire :
« Je salue avec joie cette généreuse idée de Festival International qui rassemble, pour la première fois sous un même chapiteau, des représentants des principaux cirques. Il s’agit là, assurément, d’un évènement historique que je me plais à souligner.

La Principauté de Monaco vous a donné son cœur en vous accueillant ; en retour, vous avez comblé de joie et de fête la foule de ceux qui sont venus vous entourer de leur admiration et de leur estime.

“Citoyens de partout”, vous êtes les artisans de la fraternité humaine au service de la joie de tous, comme artistes qu’on applaudit, ou comme membre du personnel du chapiteau, permettant au spectacle d’avoir lieu chaque jour. »

Dans ce cadre, une messe dominicale fut célébrée sous le chapiteau en présence du Prince Rainier III et de la famille princière. Au cours de son homélie, Mgr Abelé devait dire :

« Je crois, Monseigneur, pouvoir me faire l’interprète de beaucoup, en vous exprimant la gratitude de tous ceux qui aiment le monde du Cirque et qui, à ce titre, se réjouissent de trouver dans votre initiative, un réconfort au milieu des difficultés de l’heure présente et un encouragement précieux pour les Gens du Cirque : artistes, personnel et direction.

Nul ne contestera que la réussite du spectacle sous le chapiteau soit le fruit d’une permanent effort de tous, de solidarités vécues en équipe, d’énergie dans le dépassement de soi, de perfection du geste sans défaillance ni médiocrité aucunes. De tout ceci, réalisé dans vos existences quotidiennes, il est justice de rendre témoignage ; de tout cela perçu par nos yeux de spectateurs, il est légitime de prendre leçon.

Je voudrais enfin remercier ceux d’entre vous, de la Direction et du Personnel, qui permirent la rencontre spirituelle de ce matin en acceptant de trouver un peu de temps pour Dieu et la prière fraternelle. Cela même, suppose d’harmonieuses conjugaisons d’efforts et de compréhension que la foule assemblée en ce moment autour de l’autel, apprécie à sa juste valeur. »

Dès le 2 ème Festival, une dimension œcuménique - prémonitoire - apparaîtra dans les vœux de nouvel an adressés par les communautés chrétiennes de notre région. L’Evêque de Monaco y ajoutait : « J’aurai joie et amitié de prier avec vous, dans le respect des convictions de chacun des vôtres. Je demanderai à Dieu qu’Il vous protège dans les périls de votre beau métier, qu’Il vous garde fidèles artisans de la Fraternité Humaine, qu’Il veille sur vos familles si souvent à l’épreuve de la séparation. »

L’an III du Festival fut salué, cette fois, par un message commun des Eglises anglicane, arménienne, catholique, réformée, orthodoxes grecque et russe.

En raison de l’ampleur prise par la prestigieuse manifestation monégasque et de l’occupation de plus en plus contraignante de la piste pour les répétitions, l’organisation de cette messe dut être interrompue.

Avec l’extension du terre-plein de Fontvieille, la proximité du nouveau chapiteau et de l’église Saint-Nicolas (consacrée en 1989) offrit la possibilité de convier, sur place, les artistes et leurs accompagnants à une eucharistie proposée en semaine à partir de 1995 et ceci à la suite du décès d’un artiste russe.

Au terme de la dernière célébration, en 2001, une réflexion s’engagea spontanément avec le Curé de la paroisse, le délégué à la communication, à la culture et à l’œcuménisme, ainsi qu’avec les prêtres chargés de la pastorale des cirques : était-il raisonnable de continuer à inviter à un office catholique, des artistes qui, pour la plupart, étaient d’autres confessions ?

Fallait-il pour autant, dans un pays où la réalité religieuse est largement prise en compte, se priver d’un moment de communion spirituelle entre croyants de toutes obédiences ?

La réponse fut immédiatement suggérée par la coïncidence des dates du Festival et de la Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens.

Etait-il possible d’organiser un rassemblement réunissant les représentants des Eglises, avec le concours d’artistes du cirque, de diverses chorales et la participation de nombreux fidèles venus de toute la région ?

N’était-ce pas enfin l’occasion de renouveler le style des habituelles veillées de prière œcuménique si peu fréquentées ?

Ce projet, soumis au Prince Rainier III, à la Direction du Festival et aux Ministres des diverses confessions, fut unanimement accepté et se concrétisa, dans une excellente et large collaboration, par la première célébration qui eut lieu sous le chapiteau le lundi 21 janvier 2002, journée de relâche.

La réussite de cet évènement, parce qu’unique dans les annales du cirque, fut grandement appréciée et attire, chaque année, une assistance toujours plus importante.

©2012/2020 Monaco Channel - Centre Catholique Communication et Culture de Monaco