EnvironnementS

news

20 mai 2021

Journée mondiale des Abeilles

Trypoxylon kolazyi Source : el.gritche

Pour attirer l'attention de tous sur le rôle clé que jouent les pollinisateurs, sur les menaces auxquelles ils sont confrontés et sur leur importante contribution au développement durable, les Nations Unies ont décidé de désigner le 20 mai la Journée mondiale des abeilles.

La Principauté de Monaco s’associe à cette journée de sensibilisation pour promouvoir les actions entreprises tout au long de l’année.

Depuis 2013, la Principauté, en collaboration avec l’Office National des Forêts (ONF), a mis en place un suivi scientifique des hôtels à insectes pollinisateurs. En 2020, 6 hôtels (localisés entre Monaco et le Mont-Agel) ont été suivis, de mars à septembre, par un technicien de l’ONF ; situés dans des habitats différents, ils sont complémentaires au niveau du type d’occupation.

À chaque passage, l’ensemble des hôtels est inspecté, une capture d’échantillon représentatif des insectes fréquentant l’hôtel est envoyée, pour analyse scientifique, à l’Office pour les Insectes et leur Environnement (OPIE).

Bien que le confinement de l’année dernière n’a pas permis de réaliser certains relevés, notamment au niveau de l’hôtel à insectes des Jardins Saint Martin, les résultats sont encourageants car l’utilisation est croissante.

Aussi il a été recensé en 2020 :

•            18 espèces d’abeilles,

•            9 espèces de guêpes sphéciformes,

•            1 espèce de guêpes vespoïdes,

Il est à noter que les abeilles domestiques (Apis mellifera) ne font pas partie de ce relevé car elles n’utilisent pas ce type d’habitat.

Les abeilles dites sauvages ou solitaires (plus de 1000 espèces référencées) se distinguent des abeilles domestiques par leur organisation et ne produisent pas de miel. En effet les abeilles sauvages vivent pour la plupart de façon solitaire, sans reine et à proximité de leur source de nourriture, puisqu’elles ont un rayon d’action d’une dizaine de mètres.

Elles ne font pas de miel non-plus ; chaque goutte de nectar butinée est soigneusement mélangée avec le pollen, formant de petites boules de nourriture qui sont stockées pour les futures jeunes abeilles - un agglomérat visible dans l’hôtel à insecte. Elles vivent moins d’un an et meurent généralement en hiver, peu après avoir pondu. Elles ne sont pas agressives envers les humains et plus de la moitié n’ont même pas de dard.

Le travail silencieux des abeilles pollinisatrices contribue au maintien de la biodiversité et à l’agriculture. Parfois elles ne pollinisent qu’une seule sorte de fleur, ce qui engendre en cas de disparition de la plante celle du pollinisateur également, d’où la fragilité des chaines alimentaires.

Pour l’hôtel à insectes des Jardins Saint Martin, on peut relever que le taux d’occupation est élevé au niveau des bûches percées. Il a également été établi la présence pour la deuxième fois d’une petite guêpe (Trypoxylon kolazyi) de l’Europe du Sud pas encore signalée dans les Alpes Maritimes/Monaco. Cette guêpe utilise diverses cavités pour établir son nid mais ne creuse jamais elle-même. Ses proies sont capturées et paralysées, essentiellement des araignées immatures, pour alimenter son nid.

© 2013/2019 - EnvironnementS : Une chaîne coordonnée par Monaco Channel avec le Gouvernement Princier - www.gouv.mc