Logo Institut audiovisuel de Monaco

vidéo

20 mars 2019

"Cléo de 5 à 7" - Mardi 2 avril 2019, 20H00, Théâtre des Variétés, Monaco

En première partie, l’instantané ‘‘Monaco en films’’ et un court métrage "L'Opéra-Mouffe" d'Agnès Varda [France • 1958 • Noir et blanc • 17 minutes]L'Opéra-Mouffe est le carnet de notes d'une femme enceinte dans le contexte d'un documentaire sur le quartier de la rue Mouffetard, à Paris, surnommé "La Mouffe".CLÉO DE 5 À 7Agnès Varda (1962)France, 1962, noir et blanc, 90 minutes. Réalisation, scénario et dialogues : Agnès Varda. Image : Jean Rabier. Son : Julien Coutellier, Jean Labussière, Jacques Maumont. Musique : Michel Legrand. Décors : Bernard Evein. Costumes : Alyette Samazeuilh. Montage : Janine Verneau. Production : Rome-Paris Films. Avec : Corinne Marchand (Cléo), Antoine Bourseiller (Antoine), Dorothée Blank (Dorothée), Michel Legrand (Bob), Dominique Davray (Angèle), Loye Payen (La cartomancienne), José Luis de Vilallonga (L’amant) Anna Karina (L’actrice), Eddie Constantine (L’arroseur), Jean-Luc Godard (L’acteur), Jean-Claude Brialy, Arthur Brunet, Jean Champion (le patron).L’HISTOIRE : Cléo, belle et chanteuse, attend les résultats d’une analyse médicale. De la superstition à la peur, de rue de Rivoli au Café du Dôme, de la coquetterie à l’angoisse, de chez elle au parc Montsouris, Cléo vit quatre-vingt-dix minutes particulières. Son amant, son musicien, une amie, puis un soldat, lui ouvrent les yeux sur le monde...CRITIQUE : C’est peut-être le film le plus ‘‘demysien’’ d’Agnès Varda : blancheur cotonneuse des images, chansons piquantes ou pathétiques de Michel Legrand, omniprésence des signes. Cléo quitte le café ‘‘Ça va’’ pour glisser devant les vitrines du chapelier ‘‘Rivoli Deuil’’ et laisser passer les ‘‘Taxis Gay’’. Agnès Varda lui offre des secondes d’éternité, tout en orchestrant violemment la vie autour d’elle et sans elle. La cinéaste ausculte la capitale, elle montre ses mangeurs de grenouilles, ses parcs, ses autobus à plate-forme. ‘‘Tant que je suis vivante, je suis belle’’, semble crier la ville dans ce film fragile et léger, qui cherche à aider les hommes à supporter leur aveuglante condition de mortels.Marine Landrot in Télérama n° 2684 du 20 juin 2001

© 2012/2018 - Institut audiovisuel de Monaco - Monaco Channel