Logo Institut audiovisuel de Monaco

vidéo

06 février 2019

"Stromboli" de Roberto Rossellini - Mardi 19 février 2019, 20h00, Théâtre des Variétés, Monaco

En première partie, l’instantané ‘‘Monaco en films’’ et un court métrage, "Pépé le morse" de Lucrèce Andreae [France • 2017 • Couleurs • 15 minutes.]Sur la plage sombre et venteuse, Mémé prie, Maman hurle, les frangines s'en foutent, Lucas est seul. Pépé était bizarre comme type, maintenant il est mort.STROMBOLI de Roberto Rossellini"​Stromboli, terra di Dio" • Italie, 1951, noir et blanc, 105 minutesRéalisation : Roberto Rossellini. Scénario : Roberto Rossellini, Sergio Amidei, Gian Paolo Callegari, Renzo Cesana, Art Cohn. Image : Otello Martelli. Cadre : Luciano Trasatti, Roberto Gerardi, Aiace Parolin. Son : Terry Kellum, Eraldo Giordani. Musique : Renzo Rossellini. Montage : Jolanda Benvenuti, Roland Gross. Production : Berit Film, Bergman-Rossellini Italia Film, RKO Radio Pictures. Avec : Ingrid Bergman (Karin Bjorsen), Mario Vitale (Antonio Mastrostefano), Renzo Cesana (le prêtre), Mario Sponza (le gardien de phare), Roberto Onorati (l’enfant).L’HISTOIRE : Karen, Lituanienne internée dans un camp de personnes déplacées en Italie, s’éprend d’un soldat. Grâce au mariage qui se célèbre peu après, Karen peut redevenir une femme libre. Dans l’île de Stromboli où Antonio est pêcheur, Karen est déçue. Cette vie rustique et monotone parmi les siens qui la considèrent comme une étrangère, la fait souffrir. Tout la sépare de ceux qui l’entourent et même de son mari, depuis la langue qu’ils parlent jusqu’à la vie qu’ils mènent.CRITIQUE : La modernité de Stromboli et des autres films de la série1 ne serait rien, ou plutôt ne serait pas, si elle n’était aussi le fruit des recherches d’un admirable artiste, aussi grand peintre que grand dramaturge et chez qui le soi-disant amateurisme recouvre une capacité foudroyante de donner à sa vision un caractère de nouveauté absolue en même temps que d’universalité. Seuls Walsh et Murnau ont été capables, par exemple, d’intégrer en une seule séquence autant de couches de réalité – intégration qui aboutit à relier à une expérience individuelle le cosmos tout entier.Jacques Lourcelles in Dictionnaire du cinéma, Robert Laffont, Paris, 1992.

© 2012/2018 - Institut audiovisuel de Monaco - Monaco Channel