Logo Institut audiovisuel de Monaco

vidéo

05 décembre 2018

"Sur les ailes de la danse" de George Stevens - Dimanche 16 décembre 2018, 11 heures, Grimaldi Forum

Depuis 2002, dans le cadre du "Monaco Dance Forum", organisé par les Ballets de Monte-Carlo, l'Institut audiovisuel de Monaco programme des films qui illustrent les liens et les influences qu’entretiennent de longue date la danse et le cinéma.

Cette année, nous vous proposons "SUR LES AILES DE LA DANSE"."Swing Time" • États-Unis, 1936, noir et blanc, 103 minutes

Réalisation : George Stevens. Scénario : Howard Lindsay, Allan Scott, Dorothy Yost, Ben Holmes, Anthony Veiller, Rian James. Image : David Abel. Son : Hugh McDowell Jr., John E. Tribby, Clem Portman. Chansons originales : Dorothy Fields et Jerome Kern. Chorégraphe : Hermes Pan. Direction artistique : Van Nest Polglase, Carroll Clark. Costumes : John Harkrider, Bernard Newman pour les robes. Montage : Henry Berman. Effets visuels : Vernon Walker. Production : RKO Radio Pictures. Avec : Fred Astaire (John Garnett, dit ‘‘Lucky’’), Ginger Rogers (Penelope Carroll, dite ‘‘Penny’’), Victor Moore (Everett Cardetti, dit ‘‘Pop’’), Helen Broderick (Mabel Anderson), Eric Blore (Gordon), Betty Furness (Margaret Watson), George Metaxa (Ricardo Romero, dit ‘‘Ricky’’), Landers Stevens (le juge Watson), John Harrington (Raymond), Pierre Watkin (Simpson), Abe Reynolds (Schmidt), Gerald Hamer (Eric Lacanistram).

L’HISTOIRE : Pour éviter qu’il ne ruine sa carrière de danseur, “Lucky” a été empêché par ses amis de se rendre à son mariage. Sommé par le père de sa fiancée de ne se représenter que lorsqu’il aurait fait fortune, il part tenter sa chance à New York où il fait la connaissance de ‘‘Penny’’, une jeune danseuse....​

CRITIQUE : Le couple le plus extraordinaire de danseurs de l’écran – Ginger Rogers et Fred Astaire – entre 1934 et 1940, connut une période fastueuse : toute une série de films musicaux, produits par Pandro Berman pour la RKO, avant que la MGM ne prenne la relève, devait les rendre populaires. (…) Sur un scénario classique, dans des situations archiconnues, réalisateur et comédiens brodent des variations qui réussissent à nous paraître neuves. Les dialogues sont concis, souvent plein d’humour : tout le film est un bain de fraîcheur.Et puis il y a des séquences de ‘‘tap dance’’ : le numéro de Fred Astaire, dansant avec trois ombres géantes, est une merveille d’invention, de rythme, d’intelligence chorégraphique. Les duos avec Ginger Rogers, dans la salle de danse ou dans le cabaret, sont d’une absolue perfection.

Guy Allombert in La Saison cinématographique, 1970.

© 2012/2018 - Institut audiovisuel de Monaco - Monaco Channel