Eco 2015 V1

news

16 juin 2021

L’IMSEE publie le Bulletin de l’Économie du 1er trimestre 2021

©Direction de la Communication / Manuel Vitali

Les Conseillers de Gouvernement-Ministres des Finances et de l’Économie, Jean Castellini, et des Affaires Sociales et de la Santé, Didier Gamerdinger, et Sophie Vincent, Directeur de l’Institut Monégasque de la Statistique et des Etudes Economiques (IMSEE), viennent de présenter et analyser devant la presse le bilan économique du 1er trimestre de l’année 2021.  Ce bilan est issu du Bulletin trimestriel de l’économie, publié par l’IMSEE.

Le 1er trimestre de l’année reste marqué par la pandémie et les mesures sanitaires prises pour l’endiguer, tant au niveau national qu’international. Le maintien d’une activité économique en Principauté, qui, contrairement à ses voisins européens, n’a pas reconfiné, permet toutefois d’amortir le recul de certains indicateurs.

Par ailleurs, comme l’a rappelé Sophie Vincent, la comparaison avec le 1er trimestre 2020 doit être faite avec prudence, au regard des contextes très différents des deux périodes : l’an dernier, seul mars avait été touché par la crise, mais avec un arrêt total de l’activité sur les 15 derniers jours du mois. Ce trimestre, l’activité s’est poursuivie, mais a été impactée tout au long de la période, par les restrictions sanitaires.

Ainsi :

- En ce qui concerne le commerce extérieur, le volume global des échanges (hors France), progresse de 13 %, porté par le regain des exportations (+ 26,7 %) ;

- Au 1er trimestre 2021, le chiffre d’affaires, hors Activités financières et d’assurance, s’élève à 3,22 Mds d’euros, en recul de 259 millions d’euros (-7,4 %). Seuls quatre Grands Secteurs d’Activité voient leur chiffre d’affaires augmenter, sans que cette hausse ne compense le recul de l’Hébergement et restauration (- 40,1 %), des Activités immobilières (- 41,3 %) ou encore des Activités Scientifiques et Techniques, Services Administratifs et de Soutien (- 16,2 %) ;

- L’emploi du secteur privé fait apparaître en mars une baisse de 3,9 % par rapport à mars 2020. En cumul, le nombre d’heures travaillées est inférieur de 800 000 heures (-3,8 %) à celui du 1er trimestre 2020. En revanche, sur le seul mois de mars, le volume d’heures travaillées dépasse celui de l’an dernier (7 millions d’heures travaillées contre 6,1 millions en mars 2020) ;

- Le solde créations – radiations d’établissements se contracte nettement, avec une baisse des créations d’activité (- 10,6 %), mais également, dans une moindre mesure, des radiations ;

- Sans surprise, les indicateurs hôteliers continuent d’être affectés par la pandémie : le taux d’occupation hôtelier du trimestre s’établit à 20,2 % ;

- Le marché immobilier est en recul tant en ce qui concerne les ventes que les reventes, malgré le rebond du mois de mars ;

- Dans les transports, le trafic aérien est toujours en net recul avec une baisse de 70, 7 % du nombre de passagers et de 58,8 % du nombre de mouvements. Il en est de même de la fréquentation des parkings publics (- 6 %). En revanche, les immatriculations de véhicules neufs sont en hausse de 18,2 %.

Les deux Conseillers de Gouvernement-Ministres se sont montrés optimistes quant à la repise de l’activité économique de la Principauté. « Il y a certes un recul de l’économie au 1er trimestre mais il y a lieu de rester positif car elle s’est avérée à la fois résiliente et performante. Le second trimestre marquera certainement le redémarrage de l’activité. La clé de la reprise sera liée à une activité touristique, espérons-le, la plus soutenue possible avec le retour des touristes et des grandes manifestations et congrès » a souligné Jean Castellini.

Didier Gamerdinger a quant à lui précisé : « au mois de mai, le nombre de demandeurs d’emploi baisse tout comme celui des salariés en CTTR (22%). C’est le signe encourageant d’un début de retour à l’activité ».

Le Bulletin de l’Économie est en ligne sur le site www.imsee.mc

© 2014/2019 - Monaco Channel