Eco 2015 V1

news

12 avril 2021

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme : sa prévention est une préoccupation partagée

Richard Marangoni, Contrôleur Général en charge de la Direction de la Sûreté Publique (à gauche) et Michel Hunault, Directeur du SICCFIN. ©Direction de la Communication / Stéphane Danna

En Principauté de Monaco, la coopération et l’échange de données entre les différents acteurs de la lutte contre le blanchiment, le financement du terrorisme et la corruption sont encadrées par la loi n° 1.362, qui vient récemment d’être modifiée.

Dans ce cadre, le SICCFIN (Cellule de Renseignement Financier) est amené à recevoir, ou à se faire communiquer, toute information ou document d’autres autorités nationales, nécessaire à l’accomplissement de sa mission. Il peut également transmettre à ces mêmes autorités toute information ou document en lien avec cette loi, utile pour l'exercice de leurs missions respectives.

C’est ainsi que chaque année près de 400 demandes et échanges d’information sont adressés à la Direction de la Sûreté Publique.

Le renforcement de ces communications est fortement encouragé au plan international, afin de lutter efficacement contre le blanchiment, le financement du terrorisme et la corruption.

A l’image des accords de coopération conclus dans les pays voisins, le SICCFIN et la Direction de la Sûreté Publique réaffirment leur volonté de coopérer de façon permanente et plus efficace encore.

Cet accord, signé le jeudi 8 avril 2021, dans les locaux de la Sûreté publique, approfondit une coopération qui n’a cessé de se renforcer ces dernières années, dans le cadre strict des missions dévolues au SICCFIN et des engagements internationaux de la Principauté.

© 2014/2019 - Monaco Channel