Logo Les ballets de Monte-Carlo 2

news

25 juin 2016

Le Gala de l'Académie Princesse Grace

24, 25 et 26 juin 2016 à 20h - Salle Garnier - Opéra de Monte-Carlo

Le Gala de l’Académie Princesse Grace est un spectacle à part entière conçu comme un instant privilégié où l’école de danse ouvre ses portes au public. Ce dernier peut ainsi découvrir un apprentissage de haut niveau proposé aux élèves et qui embrasse différents styles de danse, du plus classique au plus contemporain. C’est un moment fort pour les jeunes danseurs et leurs professeurs qui constitue un aboutissement et qui enchante le public par l’exceptionnelle qualité des danses qui y sont proposées. Cette année, l’accent a été mis sur les créations.

Le Gala commencera par trois courtes pièces créées à partir des Gnossiennes d’Érik Satie par trois chorégraphes, danseurs et anciens danseurs des Ballets de Monte-Carlo : Julien Guérin (Gnossienne N°1), Bruno Roque (Gnossienne N°3) et Jeroen Verbruggen (Gnossienne N°4). L’objectif est ici de permettre aux élèves de l’Académie d’expérimenter trois approches chorégraphiques, trois sensibilités différentes autour d’une même musique. Celle-ci est symbolisée par le piano qui constitue l’élément central de ce triptyque.

Les jeunes danseurs interpréteront ensuite Un Ballo de Jiri Kylian, sa première chorégraphie créée pour le Nederlands Dans Theater II et conçue sur deux pièces orchestrales de Ravel : le Menuet du Tombeau de Couperin et la célèbre Pavane pour une infante défunte. Jiri Kylian dit à propos de cette pièce : « C’est simplement une danse faite pour la musique, à prendre comme l’exercice de la musicalité et de la réactivité sensible entre un partenaire masculin et un partenaire féminin. »

Puis, ce sera une création d’Eugenio Buratti que le public pourra découvrir. Le chorégraphe, qui a déjà conçu une pièce il y a deux ans pour l’Académie, propose cette fois aux danseurs de se plonger dans une chorégraphie « en suspension », pleine de subtilités et où se re ète cette capacité à conserver l’équilibre malgré l’instabilité.

La dernière partie du Gala de l’Académie Princesse Grace se terminera par une succession de trois tarentelles, ces fameuses danses traditionnelles entrainantes du sud de l’Italie. La première sera une mise en valeur de toute l’école de danse permettant de découvrir la diversité des classes tout en démontrant l’homogénéité et la complémentarité des apprentissages proposés au sein de l’Académie. La deuxième tarentelle sera celle de Balanchine, un pas de deux réputé pour sa beauté mais aussi pour son extrême dif culté dont devront venir à bout les jeunes danseurs. En n, c’est Bruno Roque qui terminera cette série de tarentelles en proposant une création pour l’Académie suivant son style sensible et enjoué. 

 

The Princess Grace Academy’s Gala is a unique show designed as an intimate experience in which the dance school ings open its doors to members of the public. The latter are invited in to witness the high standard of learning enjoyed by the Academy’s students, encompassing a range of different dance styles, from the classical to the thoroughly contemporary. The Gala is a key highlight for the young dancers and their teachers, the culmination of their achievements that leaves members of the public enchanted by the exceptional quality of the dancing it showcases. This year, the focus has been rmly set on the pieces used.

The Gala will kick off with three short pieces based on Erik Satie’s The Gnossiennes by three choreographers, dancers and former dancers from the Ballets de Monte-Carlo: Julien Guérin (Gnossienne N°1), Bruno Roque (Gnossienne N°3) and Jeroen Verbruggen (Gnossienne N°4). These pieces will allow the Academy’s students to experiment with three different choreographies, three different styles that draw on the same piece of music. This concept is symbolised by the piano that serves as the focal point of this three-fold performance.

The young dancers will then perform Un Ballo by Jiri Kylian, his rst choreographic creation put together for the Nederlands Dans Theater II and based on two of Ravel’s orchestral compositions: Le Menuet du Tombeau de Couperin and the famous Pavane pour une Infante Défunte. Jiri Kylian describes this piece as «quite simply a dance made for music, to be approached as an exercise in musicality and the sensitive dialogue engaged between the male partner and the female partner» .

Members of the public will then be introduced to a piece by Eugenio Buratti. The choreographer rst created this piece two years ago for the Academy. In this version, he invites the dancers to delve into «suspended» choreography packed full of subtleties, in which the ability to achieve balance despite instability is explored.

The closing component of the Princess Grace Academy’s Gala features a series of three tarantellas, southern Italy’s famous rousing folk dances. The rst of these shall showcase the entire dance school, allowing the audience to discover the diversity of the classes while demonstrating the cohesiveness and complementary nature of the teaching programme offered at the Academy. The second tarantella is a piece by Balanchine - a pas- de-deux renowned for being as beautiful as it is dif cult, which the young dancers shall tackle with air. Finally, Bruno Roque will end this succession of tarantellas by treating the Academy to a piece infused with his trademark sensitive and vivacious style. 

Sous la Présidence de S.A.R. La Princesse de Hanovre ©2012/2020 Compagnie des Ballets de Monte-Carlo - Monaco Dance Forum - Académie Princesse Grace - Jean-Christophe Maillot