Monaco Economic Board V1

news

JOJ logo
10 janvier 2019

Jeux Olympiques de la Jeunesse 2018 : une participation de Monaco remarquée

Lors de la 3ème édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d'été, laquelle s’est tenue du 6 au 18 octobre dernier à Buenos Aires (Argentine), la Principauté a été représentée par cinq jeunes sportifs monégasques. Une délégation qui, outre le fait de n’avoir jamais été aussi conséquente et de s’être montrée performante dans cette compétition, a renforcé la présence de Monaco dans le monde de l’Olympisme et offert une visibilité internationale au pays via des valeurs qui lui sont chères.

Bien que le Comité International Olympique (CIO) ait souhaité que les JOJ soient, dès leur création (lire ci-dessous), moins fastueux que les Jeux Olympiques, sa volonté était d’en faire une manifestation sportive majeure… Ce qu’elle est devenue, rassemblant pour cette édition 2018 près de 4000 athlètes de 206 pays qui ont disputé quelques 239 épreuves dans 32 sports, le tout retransmis sur plus de 220 territoires (sans compter Olympic Channel et les réseaux sociaux).

Aussi, qu’un petit État comme Monaco ait participé à un événement de cette ampleur constitue pour lui un remarquable coup de projecteur. D’autant que ses représentants n’avaient jamais été si nombreux, que certains d’entre eux y ont pour la première fois défendu le beach-volley monégasque, et que la sprinteuse Charlotte Afriat et le nageur Emilien Puyo y ont obtenu de très bons résultats (lire ci-dessous).

S.A.S. le Prince Souverain, qui accorde une grande importance à la participation de la Principauté au JOJ - et pour cause, Il est membre du CIO depuis 1985 et a été cinq fois Olympien - et a donc tout naturellement mené cette délégation, a d’ailleurs rappelé au micro de Monaco Info que cette compétition était « un formidable tremplin pour les jeunes athlètes ».

Le Monégasque Rudy Rinaldi, médaillé de bronze en bobsleigh aux JOJ d’hiver 2012, à Innsbruck (Autriche), a en effet par exemple participé aux JO d'hiver 2018, à PyeongChang (Corée du Sud). Pauline Ducruet, elle, n’a jamais perdu son goût pour l’Olympisme depuis sa participation à l’épreuve de plongeon à 3 mètres des JOJ d'été 2010, à Singapour. Nul doute, donc, que nous serons amenés à voir les jeunes athlètes monégasques de Buenos Aires porter haut les couleurs de la Principauté notamment durant les JO d'été 2024, à Paris.

« Outre la compétition, il s’agit pour eux de mieux appréhender, de se familiariser avec le monde olympique et ses valeurs », a par ailleurs déclaré S.A.S. le Prince Souverain. « Des valeurs olympiques qu’ils partagent avec leurs camarades du monde entier », a dans la même veine souligné S.E. Mme Yvette Lambin-Berti, Secrétaire Général du Comité Olympique Monégasque (et Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire, Délégué Permanent auprès de l’UNESCO).

Les JOJ ont effectivement pour ambition de promouvoir auprès de la jeunesse l’excellence et le dépassement de soi, l’esprit d’équipe et la solidarité, le respect des règles et de l’adversaire, ainsi que de sensibiliser ce public à une alimentation et un mode de vie plus sains. Des vertus qui sont enseignées en Principauté dès le plus jeune âge par des personnels spécialisés, installations sportives de qualité à l’appui.

Autre sujet mis en avant au sein du programme culturel des JOJ : la lutte contre le dopage. Or il convient de rappeler que Monaco a adopté en mars 2003 la Déclaration de Copenhague en reconnaissant et en appliquant les textes qui régissent la lutte contre le dopage (notamment le Code Mondial Antidopage), mais également en ratifiant en 2004 la Convention contre le Dopage du Conseil de l'Europe. Sans oublier qu’a été ratifiée en 2007 la Convention internationale contre le dopage dans le sport de l’UNESCO (adoptée à Paris en 2005) et institué en 2003 un Comité Monégasque Antidopage.

 

Les Jeux olympiques de la jeunesse, c’est quoi ?

Les JOJ sont une compétition multisports, similaire aux Jeux Olympiques, mais réservée aux jeunes athlètes âgés de 14 à 18 ans. Elle a été créée par le CIO en 2007 et sa première édition a eu lieu à Singapour, en 2010.

Ces Jeux se tiennent tous les 4 ans, en alternance été/hiver. Les prochaines éditions seront ainsi organisées, dans le même ordre, à Dakar en 2022 et à Lausanne en 2020.

 

Les sportifs monégasques et leurs résultats

  • Charlotte Afriat, 15 ans / Athlétisme : Porte-drapeau de la délégation monégasque, l’athlète était engagée en 100 mètres. Malgré une première course rendue difficile à cause des conditions climatiques, la jeune révélation a terminée 7ème de sa série lors de la seconde manche avec un chrono prometteur de 12’44. Elle se classe 24ème (sur 42) au classement final.
  • Emilien Puyo, 15 ans / Natation : Débuts réussis pour le jeune nageur monégasque qui était engagé en 100 mètres papillon. Pour sa première en compétition internationale, il a signé un chrono de 1’03’’06, à seulement 7 centièmes de son meilleur temps de l’été. Deux jours plus tard, il remettait ça en 200 mètres papillon et signait un temps de 2’19’’20 à 22 centièmes de son record personnel.
  • Claudia Verdino, 16 ans / Natation : Engagée en 200 mètres dos, la nageuse « rouge et blanche » n’a jamais réussi à trouver son rythme dans le bassin de la capitale argentine. Elle a signé un temps de 2’30’’26, loin de ses ambitions personnelles. La déception était donc forcément au rendez-vous.
  • Ludovic Palmaro, 17 ans, et Olivier Lanteri, 16 ans / Beach-volley : La paire monégasque est passée à côté de ses JOJ 2018. Dans un groupe relevé composé du Costa Rica, du Ghana et de la Hongrie, les Monégasques se sont inclinés dans les trois rencontres. Points positifs : contre le Ghana, ils se sont imposés lors du 2ème set avant de rendre les armes dans le tie-break. Et contre la Hongrie, la nation la plus forte de ce groupe, ils ont montré un beau visage en s’octroyant 14 points dans le 2ème set (21 à 14). « Il ne faut rien jeter de ces JOJ. Les garçons ont progressé mentalement, ils ont montré des qualités. Il faudra travailler dur pour franchir des caps », a souligné Jana Zyani, leur coach.

 

La délégation monégasque rassemblée autour de S.A.S. le Prince Souverain. © Stéphan MAGGI / COM

 

 

 

 

 

 

 

 

Direction de la Communication du Gouvernement Princier

©2012/2017 - Monaco Channel - Monaco Economic Board